1 + 1 = Cabaret Duo

3 semaines après Elektricity, cette semaine marque la reprise de la saison à La Cartonnerie. Après avoir remué mercredi soir sur les sonorités Trip Hop de Wax Taylor, je suis de retour ce vendredi pour la première soirée Cabaret. Une première sur le thème des duos, parce que la musique c’est comme l’amour : c’est mieux à deux. Arrivée 19h30, je me positionne à l’entrée avec toute l’équipe des bénévoles. Ce soir, comme depuis le début de la semaine, on fait une petite étude pour La Cartonnerie afin d’améliorer l’information et les services au public. A 20h30, la salle est bien garnie et impatiente, comme moi, de découvrir le nouvel Album de Zombie Zombie. Appareil photo et Pass autour du cou, je suis fin prêt pour couvrir pour le FLAIR cette première « soirée à thème ».

Pour ouvrir la soirée, un duo venu de San Francisco composé de Sanae Yamada et Ripley Johnson, répondant au nom de Moon Duo. Après deux premiers EPs en 2009 (Killing Time) et 2010 (Escape), Moon Duo est venu nous présenter ce soir son nouvel Album Mazes. Un album aux sonorités Rock bien « grasses », teinté de psychédélisme et porté par un chant aux élans presque Folk.

C’est ensuite le duo baptisé Peter Kernel qui prend le relais. Aris Bassetti (guitare, voix) et Barbara Lehnhoff  (basse, voix), accompagné de leur batteur, nous envoient un Rock Primaire, presque punk. Leur concept est simple : un riff rock bien noisy, un beat et quelques mots. Un retour au bases du Rock brut. J’avais vraiment aimé leur son en studio et notamment « Panico ! This is Love« . En revanche j’ai été un peu déçu par leur prestation live mais ça reste une opinion personnelle. Dommage!

Pour finir la soirée en apothéose, le duo le plus attendu de la soirée : Zombie Zombie. Né de la rencontre entre Cosmic Neman, le batteur d’Herman Düne, et Etienne Jaumet, le génie electro cosmique, Zombie Zombie est à Reims en terrain conquis. Ils sont déjà venus plusieurs fois, notamment à l’occasion des précédentes éditions d’Elektricity, et une carte blanche avait même était donnée à Etienne Jaumet sur la neuvième édition. Ce soir, ils sont venus nous présenter leur dernier opus au titre rappelant les musiques expérimentales des années 70 : « Rituel d’un nouveau monde« .

Accompagnés d’un deuxième batteur pour l’occasion, ils déploient leur rock mutant aux sonorités electro hypnotiques. Des morceaux de 10 minutes bercés par les  riffs de synthé planant d’Etienne Jaumet et les beats rock entraînant imposés par Cosmic Neman. Ce deuxième disque est un bijou. 7 pistes aux allures de musiques de film. Pas étonnant pour ces deux fans de John Carpenter qui avait déjà réalisé un album de reprise « Zombie Zombie Plays John Carpenter« . Mais ce deuxième album, c’est bien plus que du néo John Carpenter. Plus tribal, plus épuré et plus planant que les précédents, ce disque est pour moi un vrai révélateur de leur talent avec des morceaux sublimes comme Rocket # 9 (dont Bruit Fantôme a d’ailleurs fait un Remix) ou encore Illuminations. Longtemps considéré comme un groupe réservé aux hispters parisiens, ils ont su s’imposer peu à peu comme une référence sur les scènes de province et d’ailleurs. Les deux compères participent à de nombreux projets par ailleurs mais Zombie Zombie reste pour moi la synthèse la plus réussie. Après ce live intense, Etienne Jaumet reste longtemps au merchandising à discuter avec le public. C’est déjà fini. Vivement leur retour (inévitable) sur Reims.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>